Actualités à Fayenbois

5. Arbre coupé

Suivez sur votre gauche l’avenue de la Rousselière sur une distance de 300 mètres. Au croisement de cette rue avec  l’avenue de Cologne , se trouve un rond-point de forme triangulaire. Au milieu de cet espace herbeux subsistent quelques vieux châtaigniers.

Depuis des générations, les riverains connaissent ce lieu pour la récolte des châtaignes. Parents et grands-parents racontent aux enfants leur jeunesse au pied de ces arbres qui à l’époque étaient déjà vieux. Imaginez, en plus de 200 ans de vie des arbres, la myriade d’individus ayant courbé l’échine pour la récolte du fruit d’automne.

L’un des patriarches de ce parcours est notre arbre « coupé ». Si l’on peut plaindre ce

multicentenaire de l’ablation peu esthétique de ses branches mortes, n’oublions pas la sécurité de l’observateur du dessous. Il serait dommage de voir le glaneur de marrons enseveli sous le bois d’un arbre, si illustre soit-il ! Le châtaignier demeure vivant, mais vieillit inexorablement. Si le temps use la vigueur de son bois, c’est l’apesanteur, qui par sa loi, amène toujours la chute de son trop vieux branchage.

L’arbre en forêt et l’arbre des parcs ne subissent pas le même traitement. Mais si l’arbre « citadin » est plus dirigé dans sa ramure, vous observerez cependant que l’élagage de sécurité des deux châtaigniers de la station n°3 (l’arbre de l’artisan) a été plus respectueux du port naturel de l’arbre.